Chargé-e de projet A*Midex : sélectionner et accompagner

Motrices des projets développés par l’initiative d’Excellence du site Aix-Marseille, A*Midex, cinq chargées de projet œuvrent, en lien avec la direction politique de la Fondation, à esquisser le territoire de demain. Deux d’entre elles nous présentent différentes missions de leur métier, faisant notamment le point sur les critères de sélection rigoureux qui encadrent leurs actions.

La Fondation A*Midex impulse et soutient des actions porteuses pour le site d’Aix-Marseille, via notamment l’émission d’appels à projets (AAP) et d’appels à candidatures (AAC). Ces appels répondent aux besoins stratégiques identifiés par le Comité de pilotage d’A*Midex en matière de formation et de recherche, dans les domaines de l’énergie, l’environnement, la santé et sciences de la vie, les sciences et technologies, et les humanités. Chaque chargée de projet est responsable d’un axe de développement précis : Formation -
Marine Le Gall ; Recherche - Lisa Passavant-Guion ; International - Mathide Vivot ; Valorisation - Agnès Kammoun ; Attractivité - Camille Duran. « Chacune a la gestion d’un portefeuille, avec des objectifs spécifiques, et doit être force de proposition pour concevoir et améliorer les programmes de l’IDEX, d’où émanent des projets, financés et accompagnés par la Fondation », décrit Camille Duran.

" Les chargées de projet A*Midex interviennent sur la conception des appels à projets, le suivi de sélection et la mise en place des projets, leur suivi administratif et techique "  

Camille DURAN, Chargée de projet Attractivité

Les missions des chargées de projet A*Midex se déclinent sur trois phases : la conception des AAP/AAC en lien avec la direction politique de la Fondation et en concertation avec les acteurs du site, le suivi du processus de sélection des projets et candidatures, l’aide à la mise en place des projets et leur suivi administratif et technique.

« Nous accompagnons les projets jusqu’à leur concrétisation. Parfois au-delà, en renouvelant certains projets, gratifiés d’une excellente évaluation finale.
La sélection ou l’extension d’un projet est toujours soumise à validation finale du Comité de pilotage A*Midex, l’instance politique décisionnaire qui réunit AMU et ses 7 partenaires », explique Camille Duran. Les projets sont retenus pour leur excellence scientifique et leur impact potentiel sur le site. « Il est très enrichissant de permettre à ces projets, retenus pour leur excellence et touchant des domaines très variés, de se concrétiser », confie la chargée de projet Attractivité.

 

Lisa PASSAVANT-GUION, Chargée de projet Recherche

Lorsque des dossiers sont reçus par la Fondation en réponse aux appels à projets, le processus d’évaluation démarre. D’abord, les candidatures sont évaluées par deux scientifiques internationaux, experts renommés dans le domaine traité, afin d’éviter toute situation de conflit d’intérêt. 

L’absence de lien entre l’expert et le porteur de projet est évidemment vérifiée. Après cette phase d’enquête, les chargées de projet sollicitent les experts et, en cas de retour positif, leur soumettent une charte pour signature, garantissant l’impartialité de leur jugement et la confidentialité de leur analyse. Élaborée par les chargées de projet, une fiche d’évaluation est ensuite transmise aux experts, comportant des critères d’évaluation propres à la nature de l’appel à projets. « Pour les AAP « Interdisciplinarité », les experts jugent par exemple le degré d’interdisciplinarité du projet, son intérêt scientifique, la qualité de l’équipe et des partenaires », décrit Lisa Passavant-Guion. 

Les experts cochent en face de chaque critère une case entre Excellent, Très bon, Bon et Moyen, et complètent avec un commentaire qualitatif pour justifier l’évaluation. Une fois dûment remplies, les fiches d’évaluation reviennent entre les mains des chargées de projet, qui établissent un comparatif méthodologique pour classer les projets et faire émerger les meilleures candidatures. 

« Nous regardons, par exemple, le nombre de critères scientifiques jugés excellents et, surtout, la qualité des évaluations sur les critères spécifiques à l’AAP », précise la chargée de projet Recherche. à la suite de cette rigoureuse sélection, une deuxième phase intervient : l’analyse des projets retenus en fonction de l’enveloppe budgétaire allouée à l’AAP. « Il s’agit d’assurer que les projets sont conformes au cadre budgétaire strict d’A*Midex », explique Lisa Passavant-Guion. 

Le Comité de pilotage d’A*Midex sélectionne enfin collégialement les lauréats, et les chargées de projets mettent en place l’accompagnement du projet, à l’interface entre la direction politique d’A*Midex et le porteur.